Vintage: Ayk EXL 480K

Edité le 06/05/2007.
Réactualisé le 17/05/2007.
Textes et photos de Georges.
Cliquer sur les photos pour les agrandir!

La société AYK Aoyagi Metals Co. LTD est une des marques mythiques des débuts l'automodélisme électrique hélas disparues ou ayant abandonnées la voiture R/C, comme Marui, Hirobo, Nichimo, Tomy, etc. AYK apparaît comme constructeur à la toute fin des années 70, principalement en 1/12° piste avec une certaine réussite en compétition, et semble disparaître vers 1991 avec le pourtant légendaire et magnifique radiant Pro, un tout-terrain à quatre roues motrices doté d'une transmission à chaîne qui s'illustra même brillamment en championnat du monde.

L'auto présentée dans cet article est une EXL 480, une piste 1/12° électrique destinée à la compétition et qui doit dater de 1982. Cette vocation compétition est rappelée sur la boîte et les documents fournis. AYK a en effet remporté le titre de champion du Japon en 1980, 1981 et 1982.

Il est un lieu commun de prétendre que l'architecture des pistes 1/12° électriques n'a que peu évoluée depuis 30 ans. Pourtant c'est mal connaître l'histoire de cette catégorie, qui a explorée de nombreuses voies techniques. Et cette EXL 480K en est une illustration.

D'après les informations disponibles, cette auto était celle utilisée par la représentation japonaise aux championnats du monde en 1982. Avec peu de réussite semble t'il.

La boite porte le texte suivant (dans un anglais charmant):

"JAPAN NATIONAL CHAMPION!!
1/12 Scale electric Radio control racing Car.
The AYK electric R/C racing cars, RX series have led up the Japanese R/C car races with efficient performance and durability since they have been manufactured.
The EXL480K is the latest R/C car of the traditional RX series.
The unchangeable front part since the first production of RX series, has been made to the alterable caster angle.
The shaft and blocks have been made extremely light weight.
The intrepid style and black FRP radio plate is leight weight and compact.
The new direct speed controller provides the epock-making mechanism which is avaible to set the strength of the brake freely and is also able to make the car to fit on the circuit layout.

The model of the popular differential gear with the efficient performance has been changed and also been increased the strength and accuracy.
GOOD LOOKING EXCELLENT BODY IN AERO-DYNAMICS!!
The popular AYK Special and Porsche 956 Le Man are available in EXL480K.

The AYK Special and Porsche 956 Le Man bodies provide down force which is required for R/C cars. The Porsche 956 Le Man provides the most charming curve line.
Enjoy to make your own head lights!"

Dans le carton se trouvent deux grandes planches autocollantes de grandes dimensions, dont une commémorant les titres nationaux de AYK.

Se trouvaient également dedans une notice succinte en quatre pages rédigée en japonais ainsi qu'un poster A3 faisant office de calendrier pour l'année 1983.

Cette EXL 480K est fournie avec une carrosserie de Porsche 956 Le Mans à l'esthétique réussie, beaucoup plus réaliste que les carrosseries actuelles. Etrange par contre la fixation par trois plots seulement. Mais elle peut se justifier par la course aux grammes et par le fait que la suspension repose sur la souplesse du châssis entier.

La voiture était livrée partiellement montée. Les pneus mousses étaient à coller.

Le pare-choc est large et généreux. Il était souvent réduit à sa plus simple expression en usage compétition.

De l'outillage était fourni, trois clefs six pans creux et une douille pour démonter les roues. En supplément, on trouvait quelques accessoires, types cales, rondelles, colliers de serrage, visserie.

Etaient fournis également un pignon moteur 18 dents et trois couronnes au choix (63, 65 et 67 dents). Le module est semblable à l'actuelle 48DP, mais pas compatible.

Contrairement à ce que l'on observe sur les pistes 1/12° électriques actuelles qui reposent soit sur une suspension à biellettes et rotule centrale, soit sur un Té flexible, la suspension de beaucoup des autos de cette époque reposait sur la déformation du châssis entier. Celui de l'AYK est en FRP noir, un composite époxy et fibres de verre relativement souple.

Le montage de la platine radio, elle aussi en FRP noir, permettait, en serrant plus ou moins les silent-blocs en caoutchouc la reliant au châssis, d'ajuster la raideur du châssis (le flex comme il convient de dire maintenant ;-).

Le montage des éléments radio plutôt excentré. Le pack, de type stick, est monté à l'aide de colliers Rilsan.

Le sauve-servo n'est pas monté, comme sur les châssis actuels, à même la sortie du servo.

Il est associé au renvoi de direction et est réglable en dureté. L'Ackermann est également réglable.

Les porte-fusées de direction en aluminium sont finement dessinées.

L'angle de chasse est très simplement réglable à l'aide de cette vis.

La barre en aluminium sur laquelle repose le train avant est très élégamment allégée dans sa partie centrale.

Ce type de train avant se retrouvera encore pendant de nombreuses années en 1/12° (Delta, Ishihara, PB Demon, TRC, Kyosho, etc.), jusqu'à l'apogée du Pro10 (TRC, PB Sizzler, MRC Pro-Racing, etc). On peut encore voir des trains avant de ce type en catégorie Dragster et parfois en Oval.

Le moyeu de la roue avant (fixée par un écrou) tourne sur de fines bagues en bronze.

Les supports de carrosserie sont solidaires des pièces composant le pod arrière. Ils sont difficiliment réglables en hauteur.

La grde au sol pouvait se régler en insérant des cales sous les pièces composant le pod.

Une colonette relie les deux paliers du pod pour le rigidifier.

Au tout début des pistes 1/12° électriques compétition, on trouvait sur l'axe arrière de simple axe rigide.

Ensuite sont apparus des différentiels à pignons de constructions plus ou moins complexes, à l'image de cette Ayk EXL480K.

Dans son cas, deux satelittes et les planétaire sont très compacts et logés au centre de l'axe, sous ce cylindre en composite époxy et fibres de verre de couleur verdâtre.

Ce différentiel était réputé assez fragile à l'époque.

L'axe arrière tourne sur roulements à billes.

Vient ensuite se visser un écrou hexagonal.

La couronne se monte alors sur cet écrou.

Une pièce métallique est solidaire de la jante arrière en plastique. Elle se monte en serrant la vis sans tête.

Le variateur de vitesse livré est bien sûr de type mécanique, mais orienté course. En effet, pas de marche arrière, mais cinq vitesse en marche avant et une position frein.

Le frein (qui met le moteur en court-circuit à travers une charge résistive) est d'ailleurs réglagle en puissance grâce à ce curseur qui peut être déplacé facilement.

Le variateur sera fixé au double-face sur la tranche du servo des gaz.

Cette pièce du variateur mécanique de vissera sur le palonnier du servo.

En-dessous de cette pièce se trouve les contacts en cuivre (légèrement recouvert d'oxydation vert-de-gris depuis).

Plus d'informations: